Une marque est invitée à avertir les abonnés via des newsletters, elles comportent généralement une multitude de données concernant par exemple des promotions. Une étude a été entreprise pour tenter de savoir si les non-ouvreurs étaient intéressants.

Ce sont tout de même des acheteurs potentiels

Trois comportements sont au rendez-vous lorsqu’un courriel arrive dans une boîte de réception. Le cliqueur aura tendance à ouvrir le message pour prendre connaissance de son contenu en cliquant au moins une fois. Les ouvreurs ont pratiquement la même attitude, mais aucun lien ne sera ouvert.

A contrario, les non-ouvreurs sont représentés par les personnes qui n’accordent aucune importance à ce message. Il passera directement à la poubelle sans avoir été lu. MailChimp a essayé de comparer ces comportements à trois profils d’individus. Les ouvreurs et les cliqueurs se retrouvent dans la catégorie des actifs, mais les inactifs sont considérés comme des non-ouvreurs. Enfin, les non-abonnés ont finalement le même comportement que les non-ouvreurs désabonnés. Ainsi, même si on aurait tendance à les supprimer des listes d’emailing, comme pour les indésirables avec CaptainVerify.com par exemple, cela n’est pas forcément une bonne idée, comme nous allons le voir.

6 milliards d’emails ont fait l’objet d’une étude minutieuse

Après avoir répertorié ces différents individus, plus de 6 milliards d’emails ont été scrutés dans le moindre détail, ils ont également permis à 60 millions d’achats d’être référencés. En regardant le pouvoir d’achat de chacun, l’étude a démontré que celui des inactifs était supérieur à celui identifié pour les non-abonnés. L’enquête va même encore un peu plus loin en se focalisant sur le chiffre d’affaires de 2015. Il a été effectué avec 7% des inactifs qui rappelons-le correspondent aux non-ouvreurs.

Ne pas supprimer les non-ouvreurs des listes d’emailing

Il est judicieux de ne pas les supprimer d’une liste, car ils ont la particularité d’être attractifs même s’ils ne prennent jamais connaissance du contenu de ces emails. Ensuite, une surprise de taille est au rendez-vous puisque le CA a été en partie obtenu grâce à 56% des non-abonnés et 37% des actifs. Ceux qui ne lisent pas les mails et qui parfois se désabonnent sont susceptibles d’être tout de même des clients intéressants pour une marque.

Par conséquent, cette population a l’avantage d’être en mesure d’acquérir des produits. Si certains pensent qu’il est judicieux de la supprimer de l’emailing, ils effectuent sans doute une erreur importante en matière de stratégie commerciale. Ils pourraient perdre plusieurs milliers d’euros en agissant de la sorte. Même s’ils ne lisent pas les courriels, ils gardent en mémoire l’objet ainsi que la marque à l’origine de l’envoi.

(Visited 136 times, 1 visits today)